Le livre d'Aymeric Caron Antispéciste parle de la façon dont l'humain traite les animaux.

Lecture – Êtes-vous spécistes?

Être spéciste ou antispéciste. On en parle dans le livre d’Aymeric Caron. Une notion récente, mais un comportement qui perdure depuis des siècles. Traiter les animaux différemment selon leur espèce est du spécisme, comme le raciste agit inégalement selon l’origine de l’individu ou le sexiste porte des jugements ou des actions autrement envers une femme ou un homme.

Le spéciste accepte donc de payer une journée spa à son chien pour le chouchouter, mais dévore un steak d’agneau le soir au souper. L’agneau, une bête, mais d’abord un bébé, très inoffensif.

– Tuer un lion pour le plaisir de chasser.

– Abattre des centaines de bêtes parce qu’un individu du troupeau aurait contracté la maladie de la vache folle, une maladie, rappelons-le, causée par l’homme. Pourquoi ne pas avoir éliminer tout le village et ses habitants lorsque Ébola s’est déclarée en Afrique récemment?

– Retirer la peau d’un animal pour le luxe de se pavaner avec sa fourrure! À notre époque où des dizaines d’autres options moins barbares sont disponibles pour nous tenir au chaud.

– Disséquer des animaux à l’école secondaire, pour apprendre quoi de plus que ce que nous pouvons voir dans un musée comme celui du corps humain? Combien d’entre-nous sommes ressortis de ce cours ce jour-là avec plus de connaissances indispensables à nos futures carrières?

– Comment les animaux d’élevage sont sélectionnés (ont tue les poussins qui nous serviront à rien plutôt que de leur donner leur liberté), écorchés (becs coupés, dents arrachées), « entreposés et empilés » durant leur courte vie et tués (égorgés encore vivant, laissés à l’agonie) pour l’industrie alimentaire, notre consommation!

– Des exemples, il y en a des dizaines (zoo, secteur médical ou pharmaceutique, cirque…)

Un livre qui fait réfléchir.

Manger de la viande par tradition (comme l’excision du clitoris est une tradition, comme le massacre des globicéphales aux îles Féroé est une tradition, comme manger du chien en Asie l’est aussi…)?

Manger de la viande pour son apport nutritionnel (qui cause plus de cancer et de maladies cardiovasculaires, sans mentionner les additifs accumulés dans la chair)?

Aymeric Caron nous donne une vision très claire de notre société et sur la tangente que celle-ci devrait prendre. Les animaux sont sensibles, et cela a été prouvé scientifiquement. Comment l’homme, supposé être pourvu d’une conscience supérieure, peut-il agir ainsi envers des êtres aussi fragiles? De la science à la politique, le thème est vu sous toutes les facettes.

L’auteur aborde aussi le sujet du sens de la vie, son but. Pourquoi se lever tous les jours et vouloir enrichir notre compte en banque davantage? Cela fait-il de nous des gens plus heureux? Dans des sociétés où le succès au détriment des autres est valorisé, où l’argent fait de nous des hommes puissants, que gagnons nous vraiment à la fin? Et si vous vous posiez la question dès aujourd’hui. À quoi servez-vous (ou même à qui servez-vous?)

Je vous invite à lire se livre qui vous ouvrira au moins les yeux sur notre société de consommation et vous donnera peut-être envie d’agir mieux, plus consciencieusement, car je n’ai cité que quelques points exposés dans cette oeuvre, mais d’autres sont tout aussi d’actualité. Ce n’est pas que devenir végétarien, mais de prendre conscience de notre surconsommation et ce qu’elle engendre.

Pensez au bien-être des animaux que vous mangez. Jetez un coup d’oeil à comment ils sont traités et élevés avant d’atterrir dans votre assiette. Vous serez sûrement plus sélectif, car qui aimerait savoir qu’il mange ceci:

De doux exemples du traitement animal

De doux exemples du traitement animal

 

Nous avons eu la chance de naître, et en plus, de naître humain. Et si vous étiez venus au monde sous forme de truie, comment auriez-vous aimé qu’on vous traite?

Antispéciste par Aymeric Caron aux Éditions DonQuichotte

Vicky

Laisser un commentaire