Printemps de Bourges 2016 - Plusieurs artistes québécois

Printemps de Bourges – Retour sur la 40ième édition

Cette année encore, pour la 40ième édition anniversaire du Printemps de Bourges, de nombreux artistes québécois était présents au rendez-vous, profitant d’une visibilité exponentielle sur les grands festivals en France, notamment grâce aux vitrines spécifiquement dédiées et organisées sur ce type d’événements, comme le MaMA Évent à Paris, les Francofolies de la Rochelle ou plus récemment les BIS de Nantes.

Festival majeur en France avec plus de 200 concerts sur 6 jours, cette 40ième édition accueillait jusqu’à 8 artistes québécois, preuve de l’intérêt toujours croissant des formations issues de la belle province en Europe. À titre de comparaison, ils n’étaient qu’une poignée par exemple en 2013 et encore moins nombreux en 2010, excepté les grosses machines que sont Coeur de Pirate ou Les Cowboys Fringants.

Avec la profusion de concerts dans une même journée, difficile de réussir à tout voir mais c’est aussi ça le Printemps de Bourges, les choix sont parfois cornéliens mais bien souvent nécessaires. Heureusement les artistes québécois que nous étions venus voir étaient plutôt bien répartis sur les différentes journées et nous avons seulement manqué Pierre Kwenders le mardi et Beat Market le samedi.

Commençons donc par ce premier dont le concert a marqué les esprits et « sauvé » une première journée plutôt calme avec « seulement » 9 concerts. L’originalité du projet a été largement salué par les critiques et a marqué les esprits des professionnels déjà présents en ce premier jour de festival (voir l’article du Monde à ce sujet).

Le lendemain, dans un Palais d’Auron bien garni par un public français venu applaudir également Rover, Jeanne Added et Feu Chatterton, Patrick Watson nous offrait une nouvelle prestation de son spectacle « Love Songs for Robots ». Malgré un set trop court (à notre goût, mais également à celui de Watson, déçu de ne pouvoir jouer un dernier morceau à cause du timing ultra limité de l’organisation), la formation montréalaise nous a plongé dès la première note dans son univers onirique, aidé par une scénographie, comme à son habitude, magnifique. Invitée en tant que choriste sur cette tournée, Marie-Pierre Arthur nous prouvait qu’elle était tout aussi à l’aise sur un répertoire francophone qu’anglophone et sa voix, entremêlée à celle de Watson donnait une dimension singulière et nouvelle au spectacle.

I.D.A.L.G. est l’acronyme de « Il Danse Avec Les Genoux » et se produisait au même moment au Nadir, non loin du Palais d’Auron. Ils se définissent eux-même comme du punk psychédélique, de la pop hypnotique et du rock exploratoire et au vu des différents échos récoltés, ça semble assez bien résumé. Nul doute que nous allons en entendre parler vu la longue tournée qui se déroule en ce moment en Europe, passant par l’Espagne, la Belgique, la Suisse ou les Pays-Bas.

Un buffet québécois a été servi lors d'un atelier réseautage au Printemps de Bourges

Crédit Photo : Émilie Fondaneshe – Délégation Générale du Québec à Paris

Le vendredi était LA journée à ne pas rater avec la vitrine « Ma Cabane à Bourges » organisée par le MEG Montréal, l’antenne québécoise du Printemps de Bourges. Les professionnels intéressés par le Québec (et beaucoup par le repas !) étaient conviés à un déjeuner-réseautage à l’Espace Réseau du Printemps de Bourges, où les rencontres entre professionnels de l’industrie française et du Québec s’organisaient spontanément autour de l’excellent buffet concocté par les soins de l’équipe québécoise de « Pas de cochon dans mon salon », traiteur déjà présent dans de nombreux festivals au Québec.

La grande scène de l’Espace Réseau était intégralement réservée aux artistes québécois ce jour là et Violett Pi, Essaie Pas, Marie-Pierre Arthur et Robert Robert allaient se succéder sur cette grande scène extérieure, plutôt bien garnie malgré la pluie incessante, tout au long de la soirée.

VioleTT Pi au Printemps de Bourges 2016

Crédit Photo : Émilie Fondaneshe – Délégation Générale du Québec à Paris

 

 

Violett Pi, premier à rentrer en scène, nous a offert un set rock complètement décoiffant, particulièrement chargé en décibels et en basse (dur moment pour celui qui n’avait pas prévu ses bouchons) mais particulièrement jouissif. Repéré par nombre de professionnels, il ne serait pas étonnant qu’on en entende encore parler ces prochains mois en France.

Après un long changement de plateau et un linecheck rapide (les balances n’avaient pas été effectuées en journée), le duo 100% machines Essaie Pas nous a offert un set électro assez puissant et un son bien lourd malgré l’horaire pas encore très avancé de la soirée. Pas très loquace entre les morceaux, le public, plongé dans cette ambiance sombre, plutôt raccord avec la fin de soirée pluvieuse, a semblé convaincu par la prestation de Marie Davidson et Pierre Garineau.

Essais Pas au Printemps de Bourges 2016

Crédit Photo : Émilie Fondaneshe – Délégation Générale du Québec à Paris

Le temps de ré-installer batterie et amplis (drôle d’ordre de passage..mais ça nous aura au moins laissé le temps d’aller dîner ‘souper pour les québécois’) qu’est annoncée Marie-Pierre Arthur et son band en version complète. Ayant déjà vu le show plusieurs fois, j’attendais beaucoup du spectacle du nouvel album et je n’ai pas été déçu. Plus pop sur disque et davantage « grand public » que les deux premiers concerts, le spectacle de Marie-Pierre Arthur offre néanmoins une bonne dose de rock n’roll sur scène qui ravirait n’importe quel fan du genre. Sans oublier la qualité et la mélodie des arrangements de François Lafontaine (ex Karkwa), véritable maître d’oeuvre de ce quintet explosif sur scène.

Marie-Pierre Arthur présente au Printemps de Bourges 2016

Crédit Photo : Émilie Fondaneshe – Délégation Générale du Québec à Paris

Un petit souci technique nous aura fait manquer Robert Robert puisqu’annoncé en dernier, un autre groupe local a finalement joué avant eux. N’ayant retenu ni le nom, ni la musique, nous sommes partis voir d’autres concerts (notamment les très bons Caravan Palace), pensant que la participation du groupe était annulée. Un souci technique (pas de platines nous dira le groupe plus tard dans la soirée) a finalement obligé l’organisation à convier un groupe local le temps de trouver les platines nécessaires. En espérant, vu la qualité du projet, que Robert Robert nous revienne vite en France. L’artiste croisé plus tard dans la soirée semblait finalement content de son concert et de la bonne réception par le public français.

Nous aurons finalement loupé Beat Market le lendemain, sélection québécoise des Inouis Electro, le duo auteur d’un concert assez remarqué aux côtés de révélations françaises comme Petit Biscuit ou Clément Bazin.

Avec désormais un artiste Québec sélectionné par le MEG pour les Inouis, une vitrine québécoise depuis quelques années et des têtes d’affiches capables d’intégrer la programmation d’un W ou d’un Palais d’Auron, les artistes québécois sont bien partis pour représenter la Belle Province dans tout son éclectisme musical pendant de longues années encore.

On tente de dépasser le record de 8 en 2017 ?

Florent Bony

Pour en savoir encore plus, ne manquez pas Florent lors de l’NRV Show du 25 avril dès 20h30 en France et 14h30 au Québec.

 

Laisser un commentaire