Le froid québécois, comment survivre et profiter de l'hiver

Mon pays (d’adoption) c’est l’hiver ou comment je vis le froid québécois

Ah le froid québécois! « Qu’est-ce que cela veut dire vivre au Québec en hiver à côté de Montréal ? ». « Comment fais-tu pour supporter le froid ? ». C’est à cette question qui m’est posée de temps en temps que je vais répondre dans cet article.

D’origine française et plus exactement alsacienne, le froid n’est pas une notion qui m’est complètement étrangère. Contrairement aux « gens du midi de la France » qui peuvent avoir des hivers doux, la neige et le froid sont plus présents dans l’Est de la France entre décembre et février et il n’est pas rare que les Noëls soient blancs. Par ailleurs, il m’est souvent arrivé de passer mes vacances d’hiver dans le Jura. Ainsi, la vallée de Joux qui est un endroit magnifique mi-francais, mi-suisse est souvent considéré comme un des endroits les plus froid de France.

À Longueuil, sur la Rive-Sud de Montréal, les températures varient actuellement entre -10 et – 15 degrés Celcius et + 5 à + 8 degrés Celcius : les températures en haut de 0 degré sont cette année bien présentes ce qui est quand même exceptionnel par rapport aux deux hivers précédents. La notion de température ressentie est une donnée importante, car quand le vent froid entre dans tes entrailles, le -10 se transforme en – 15 ressenti et là « y fait frette ! ».

Contrairement à la France, la vie ne s’arrête pas quand la neige tombe.

En effet, une des grandes différences entre la France et le Québec est d’abord la façon dont la neige est accueillie. Lorsqu’il y une belle tempête et plus de 30 centimètres de neige de tombés en un jour, la vie ne s’arrête pas pour autant : Les chasse-neiges dégagent rapidement les principaux axes et les voitures et les piétons continuent en général à circuler. Les pneus neiges sont obligatoires au Québec sur les véhicules de la mi-décembre à la mi-mars. Cette obligation contribue certainement à une circulation fluide. Bien sûr, il arrive aussi qu’il y est des embouteillages mais cela n’a aucune mesure avec ce qui se passe en France !

La neige c’est bien plus gaie que la pluie !

La neige est tombée tard cet hiver et nous avons eu en décembre un temps digne de la Bretagne. C’est là que je me suis rendu compte que je préférais le blanc de la neige au gris de la pluie. Cela dit quand il y a de la neige et du soleil, en général il fait très froid !

Voici donc les petits conseils glanés de gauche et de droite qui m’ont permis de m’acclimater au froid québécois:

  • Le conseil le plus important que m’a donné une Franco-québécoise à mon arrivée dans mon pays d’adoption est de sortir tous les jours pour s’habituer progressivement au froid et cela dès que le thermomètre commence à descendre. Si tu marches dehors impérativement tous les jours au moins 15 minutes, ton corps s’acclimatera au froid.
  • Un autre conseil judicieux m’a été donné par un Latino-québécois. Il est important d’avoir des chaussures imperméables. En effet, dans les villes, la neige se transforme rapidement en sloche (neige fondue) et « là là, si tu as les pieds mouillés tu as froid ! ».  En effet, il n’y a rien de pire que d’avoir les pieds humides quand il fait froid. Ce n’est don pas le moment de vouloir jouer « la Parisienne en escarpins » sinon c’est les engelures assurées ! Prendre une deuxième paire de chaussettes est aussi une bonne idée et si c’est des chaussettes en laine c’est encore mieux.
  • Une autre façon de s’acclimater est d’aller pelleter la neige qui entrave ton entrée ou ta voiture ! C’est une activité régulière à laquelle tu n’échapperas pas et qui n’est pas toujours bienvenue tôt le matin, avant d’aller travailler : C’est pourtant obligé si tu as un escalier à descendre ou besoin de te déplacer en voiture. Concernant la voiture, il se peut que tu sois un chanceux qui ait un garage ou un « tempo » (genre de petite tente à monter en hiver pour protéger votre voiture) ou que tu aies pris un abonnement pour qu’un chasse-neige vienne déneiger devant chez toi… Sinon, le bus ou le métro est un moyen très pratique de se déplacer, en particulier en hiver.
  • N’oublie pas de mettre une tuque (bonnet), des mitaines (gants) et une écharpe. En particulier, protège bien ta gorge avec une écharpe de façon à ce que tes bronches s’habituent progressivement au froid.
  • Pour s’habiller, utilise la technique de l’oignon (ou ognon pour écrire avec la nouvelle orthographe ha ha ha) : Mets une camisole (chemisette), puis un tee-shirt, puis un pull, puis un manteau. Privilégie les manteaux longs qui protègent une partie des jambes et qui sont munis d’une capuche. Cette technique te permettra de ne pas transpirer dans le bus ou le métro où il fait souvent très chaud !

Et puis : surtout profite des plaisirs de l’hiver. À Longueuil par exemple, à deux pas de Montréal, le parc régional Michel Chartrand, souvent appelé par les Québécois « la zone de loisirs » permet de profiter gratuitement des plaisirs de l’hiver. Il y a des pistes pour se promener à pieds ou en raquettes. Et tu peux également faire du ski fond. Les pistes sont régulièrement damées, ce qui est très agréable. Les enfants peuvent faire des glissades ou apprendre à faire du ski. Par ailleurs, il y a des possibilités de location de matériel si besoin et il est possible de se reposer dans la petite maison du parc.

Enfin, si tu as un peu de patience, tu pourras peut-être observer de beaux oiseaux ou croiser des chevreuils. Ils sont bien présents dans le parc et habitués à l’hiver.

Bonne promenade, couvre-toi bien et éclate-toi dans le froid québécois!

Laisser un commentaire