Vive le printemps au Québec

Mes amis français m’interrogent souvent sur ma vie au Québec. Voici en résumé, l’état d’esprit actuel de nombreux Québécois au début du printemps au Québec.

Les gens ont retrouvé le sourire, les tas de neige amassés fondent enfin. C’est comme si on avait hiberné pendant tout ce temps. Cette fois-ci, c’est pratiquement sûr (on est jamais trop prudent), le printemps s’installe et je me rends compte que je suis dans le même état d’esprit que tous les Québécois ou presque : « j’veux du soleil ».

En effet, la période de mars-avril est souvent mal vécue par la plupart des Québécois qui même s’ils aiment l’hiver ont besoin en cette période de l’année que le temps change enfin.

À Longueuil, lundi 11 avril, il neigeait ! Une semaine avant, j’avais trouvé du persil sous la neige et je me réjouissais de pouvoir jardiner. Certains avaient déjà démonté leur tempo et commençaient à nettoyer le devant de leur porte. Et voilà que c’était à nouveau tout blanc. Je me raccrochais à l’idée que c’était le printemps et que j’avais entendu les oiseaux chanter, mais c’était difficile. Mon frère qui vit dans le sud de la France me racontait l’arrivée de la chaleur. Ici, c’était l’attente et pour une majorité de Québécois la période de l’année la plus difficile à traverser. Cette fois-ci, c’est sûr, j’étais vraiment intégrée et je ressentais la même chose : même si j’aime l’hiver, cette fois-ci ça suffit. Vivement que l’été arrive et que l’hiver enfin s’en aille !

Et voilà, c’est arrivé ou presque car le matin il fait encore froid. Mais « l’été s’en vient » et d’un seul coup, tout le monde se réveille. Les oiseaux qui ne se sont jamais arrêtés chantent encore plus fort et c’est fou de voir à quelle vitesse, la nature reprend le dessus. Même si les arbres ne sont pas encore verts, certaines fleurs montrent déjà leur nez (voir la photo ci-jointe). Il n’y a plus une minute à perdre et c’est pareil pour les humains ! On redécouvre ses voisins. Les gens ressortent… Certains sont encore avec leur manteau d’hiver et d’autres mettent leur pantalon court, plus personne ne sait trop comment s’habiller. Devant les grandes surfaces, les sacs de terre sont à vendre et les jardineries mobiles commencent à s’achalander. Et puis et surtout, on profite ! Pour ceux qui avaient abandonné leur vélo en hiver (certains en font toute l’année), les cyclistes sont de retour sur les nombreuses pistes cyclables. Les coureurs et coureuses sont ressortis et dans la forêt on entend déjà les grenouilles qui croassent.

On commence à ressortir et on se retrouve dès le premier rayon de soleil, dans les parcs et sur les terrasses des cafés.

Laisser un commentaire